Nouvelles connaissances en cas d’AOMI

Les connaissances récentes montrent qu’un entraînement ciblé des bras peut également avoir un effet bénéfique sur la circulation sanguine dans les jambes. Cela s’avère particulièrement important lorsqu’il s’agit de stimuler la circulation sanguine de personnes dont la mobilité des membres inférieurs est réduite ou en cas de maladies qui provoquent de fortes douleurs dans les jambes, telles que l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI).

Les fourmillements, l’engourdissement des mains et des pieds ainsi que les crampes du mollet sont des symptômes de troubles de la circulation. Si là-dessus se greffent des douleurs à la marche, les médecins diagnostiqueront une artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI). Dans la plupart des cas, l’origine de ces troubles est une artériosclérose (une calcification des artères).

Les dépôts qui se forment dans les artères entraînent une réduction du flux sanguin. Lorsque la circulation sanguine est perturbée, la musculature n’est plus suffisamment approvisionnée en oxygène et cela provoque des douleurs aux mollets lors de la marche.

La mesure thérapeutique la plus importante en cas d’AOMI est le mouvement. En effet, lorsque l’organisme est sollicité, de nouveaux vaisseaux se forment (des artères collatérales) qui contournent les vaisseaux bouchés et assurent la circulation sanguine. C’est pour cette raison que des mouvements ciblés sont prescrits en cas d’artériopathie oblitérante. Le but de cette mesure est d’améliorer la circulation.
Toutefois, les exercices pour les jambes traditionnels, sur tapis roulant ou bicyclette ergométrique, peuvent s’avérer très douloureux pour les patients souffrant d’une AOMI ; ce qui les décourage de les pratiquer régulièrement.

L’entraînement des bras améliore la circulation sanguine dans les jambes

Des étudiants en physiothérapie de la Haute école zurichoise des sciences appliquées (ZHAW) à Winterthour ont effectué récemment un travail basé sur l’analyse de la littérature existante qui a montré qu’un entraînement ciblé des bras avait des répercussions positives sur les symptômes de l’AOMI. Un entraînement des bras s’étalant sur plusieurs semaines constitue donc une véritable possibilité d’entraînement qui permet aux patients d’acquérir les capacités leur permettant d’allonger leur distance de marche sans douleur. Par ailleurs, l’approvisionnement en oxygène des muscles des mollets s’en est trouvé sensiblement amélioré.

On suppose qu’un entraînement de l’endurance, indépendamment des muscles concernés, contribue à la formation de vaisseaux collatéraux (dérivations) autour des artères bouchées. Ainsi, un entraînement musculaire régulier des bras peut stimuler la circulation dans l’ensemble du
corps et peut constituer une option de traitement en cas de troubles de la circulation dans les membres inférieurs.

En complément, diverses plantes médicinales, comme dans le PADMA 28, peuvent avoir une influence positive sur la circulation sanguine et sur l’ensemble du système vasculaire.